Kyrgyzstan

Je ne vais pas faire durer le suspens très longtemps. Oui, le Kyrgyzstan est une destination exceptionnelle. Et oui, nous recommandons cette destination à toute personne amoureuse de paysages grandioses, ou cherchant un dépaysement culturel.

Nous y avons passé 3 semaines avec nos 2 enfants de 11 et 8 ans, et parcouru un peu moins de 2 000km à travers le Nord du pays.

Pourquoi le Kyrgyzstan ?

On nous a beaucoup posé la question, avant le voyage et même pendant, en échangeant avec les touristes rencontrés sur le chemin. Ma femme et moi avons une vision assez différente et complémentaire du voyage. J’aime par dessus tout le dépaysement visuel, la nature brute ou au contraire les environnements urbains denses , alors que Céline va plutôt chercher des cultures différentes et le contact avec les locaux. L’Iran ou la Mongolie, nous hésitions un peu… Et puis le Kyrgyzstan nous a été recommandé par un ami d’ami qui connaissait quelqu’un qui y était allé… Le bouche-à-oreille, comme pour la majorité des touristes rencontrés sur place. C’est un pays où l’on peut dormir très facilement chez l’habitant, ça a été l’argument qui a fini de nous décider.

Le tourisme de masse n’y est absolument pas développé, mis a part quelques sites prisés par les Russes ou quelques spots très connus. La plupart des occidentaux croisés y étaient pour la montagne, pour des treks à pied ou à cheval… Donc plutôt un public de “backpackers” majoritairement jeunes (25-30 ans) ou de jeunes retraités. Assez peu de familles comme nous, nous n’en avons croisé qu’une en 3 semaines.

Est-ce facile avec des enfants ?

Je crois que les enfants ont une faculté d’adaptation bien plus développée que la nôtre ! Alors oui, on a habitué les nôtres aux voyages, à la montagne, et ils ne sont pas trop difficiles pour manger. Dès lors qu’on voyage en respectant leur rythme et leurs capacités physiques, strictement aucun soucis à signaler… On a été même plutôt surpris… Ma fille a l’estomac de Mike Horn, et mon fils les jambes de Kilian Jornet :)

narracia-photographe-grenoble-voyage-kyrgyzstan_048.jpg

Le parcours

Dans les grandes lignes, on a fait Bishkek-Kyzart via Kyzyl-Oï, le lac Son Kul en 4 jours, puis Bokonbaevo et Tamga, Karakol, Jergalan, vallée de Kyrchyn, lac de Kol-tor et retour à Bishkek. La carte du parcours est à consulter en cliquant ici.

Il est important de préciser que nous avions loué un 4x4. Nous avions pas mal hésité, puisque il est assez facile de se déplacer en taxi partagé ou en Marshroutka (petits bus de 15-20 places bourrés à 30). Aucun regret au final, la voiture nous a permis de sortir à de nombreuses reprises des routes les plus connues, et c’était une sécurité supplémentaire en voyageant avec les enfants.

La carte donne les grandes lignes du parcours, qui est d’ailleurs relativement classique… En revanche, aucune des images ne sera précisément géolocalisée, ceci afin de contribuer modestement à préserver la nature et l’authenticité des lieux, et le regard bienveillant des locaux.

Les coups de cœur

Après concertation des 4 membres de la familles, nous sommes globalement tombés d’accord sur nos 2 coups de cœur du séjour.

Premièrement, le trek à Son Kul, organisé avec l’aide d’Assipa, Jailoo Tourism, à Kochkor. Assipa a été au top, on a vraiment eu l’expérience dont on rêvait… Nous avons pris un guide et 2 chevaux (pour porter les bagages et ponctuellement les enfants, à tour de rôle). Le guide nous a accompagné jusqu’au lac, et nous sommes rentrés sans guide et sans chevaux jusqu’à Kyzart. Le gros point fort du trek, c’était la journée supplémentaire passée au bord du lac. Habituellement, le trek se fait en 3 jours, mais nous avons rallongé de 24h pour passer un peu de temps avec la famille au camp de yourte. Et c’était une excellente idée ! Le camp de yourte était tout petit, installé par une petite famille charmante et très avenante, et nous avons passé des instants inoubliables. A tel point qu’on a hésité à y retourner en toute fin de séjour !

Et deuxième coup de cœur, Jergalan. Comme pour Son Kul, le contact avec la famille qui nous a accueilli y est pour beaucoup. Nous y avons trouvé moins de touristes qu’ailleurs, des paysages assez différents qu’au Sud du lac Issy Kul, et une ambiance assez particulière de dernier village de la vallée.

une jeune touriste qui joue avec une petite fille kirghize au coucher du soleil, à côté des yourtes

Le budget

Il faut compter environ 200€ par semaine et par personne (hors déplacements) pour les logements et la nourriture, les guides, chevaux, etc.

La voiture nous est revenue à 300€ par semaine. L’essence est à 0.5€/l.

Et enfin, l’avion nous a couté 425€ par personne aller-retour.

Les conseils, les adresses

Nous avons acheté une carte SIM Megacom avec internet et communications locales illimités pour toute la durée du séjour. Deux applications indispensables : Maps.me, qui est beaucoup plus précise que Google Maps dans les villes et villages, et Locus Map, qui est parfaite pour les treks : après téléchargement de la carte du Kyrgyzstan (gratuit), on a accès aux courbes de niveaux et aux sentiers, même les plus petits.

Jailoo Tourism à Kochkor pour l’organisation du trek à Son Kul. Très pro, notre guide parlait bien anglais (ce n’est pas le cas de tous, bien le préciser si c’est un souhait), et Assipa a parfaitement cerné nos attentes.

Toutes les guesthouses figurent sur ma carte Google Maps, avec le cas échéant les liens booking.com ou site web. Une seule adresse ne nous a pas plu du tout : le Bel-Tam à Bokonbaevo. Pour faire simple, il s’agit d’un camping dans lequel les mobile-homes sont remplacés par des yourtes. La plage est proche, c’est le seul point positif à nos yeux… Peut-être que certains apprécieront, mais nous n’étions pas venu au Kyrgyzstan pour ce type d’établissement.

Voiture louée chez Compass, à Bishkek. Rien à dire, voiture propre et en bon état, aucun soucis pendant les 3 semaines. Nous n’avons même pas crevé, ce qui semble être un petit miracle sur les routes kirghizes !

Mention spéciale pour le groupe facebook Voyager au Kirghizistan, une mine d’informations pour préparer le voyage. Les membres sont particulièrement actifs, et ça peut être très utile également sur place : partage de taxis, conseils pratiques, avis sur les gesthouses ou guides…


narracia-materiel-photo.jpg

Pour les photographes…

Une photo vaut mieux que de longs discours. J’ai trimballé pas mal de matériel, sans regrets, sauf le Ronin S qui ne m’a absolument pas servi… Je voulais filmer, et hormis les plans au drone, je n’ai fait que des photos…

Manque sur cette image le disque dur externe DJI Copilot, batteries, chargeurs, cables, etc…